Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier  / Rythme scolaire 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Le contre rapport du SNUipp-FSU sur les rythmes scolaires

jeudi 13 février 2014

Mercredi 12 février , le SNUipp-FSU a présenté son contre rapport sur les Rythmes scolaires au Comité national de suivi des rythmes. Ce contre rapport sera étudié,à notre demande, lors de la prochaine séance, début avril.

Le SNuipp-FSU a pris l’initiative de produire un contre rapport afin de porter la parole des enseignants. Ce sont eux qui sont au cœur des apprentissages, eux qui sont à même de juger ce qui est favorable ou non pour la réussite des élèves et pourtant, ceux sont eux qu’on consulte le moins. Le SNUipp-FSU n’a pas changé de discours : la durée de la journée scolaire à l’école primaire est trop longue. Elle est d’autant plus fatigante et anxiogène pour les élèves les plus fragiles. Nous avons dénoncé la semaine de 4 jours de Darcos qui allongeait la journée des plus fragiles en imposant un temps de travail supplémentaire (aide personnalisée).

Voici quelques unes de nos préconisations pour une réforme réussie :

- un cadre national sur 4.5 jours d’école doit être fixé en supprimant la contrainte des 9 1/2 journées. Des dérogations émanant des conseils d’école doivent être possibles : 5 matinées et 3 après midi d’école, 5 jours identiques et 2 mercredis sur 3...
- La concertation doit être efficace : seul un projet qui fait consensus a des chances d’aboutir car il aura pris en considération l’avis éclairé de tous les partenaires.
- Même si les contingences des municipalités sont à prendre en compte (transports, financements, personnels...), elles ne doivent pas prévaloir sur l’intérêt de l’élève. Ce sont les besoins de l’enfant pour améliorer sa posture d’élève qui doivent être le point de départ à toute discussion.
- Mettre en cohérence et équilibrer les différents temps de l’enfant.
- Le bien être des enfants est corrélé au bien être des adultes qui les encadrent. une Charte d’utilisation des locaux est nécessaire pour préserver le lieu de travail des enseignants et des élèves.
- Financement pérenne des Temps Activités Périscolaires assuré par l’Etat pour garantir l’égalité territoriale.

La réforme des rythmes scolaires n’aurait pas du se faire sans traiter en parallèle (si ce n’est en amont) les conditions de travail des enseignants et de leurs élèves.

- Les animations pédagogiques et autres réunions institutionnelles doivent être inscrites dans l’emploi du temps des enseignants sans empiéter sur leur temps personnel. Par exemple, une 1/2 journée libérée par mois (mercredi matin ou une après midi dans la semaine).
- La mise en cohérence de la réforme des rythmes avec la refonte des programmes scolaires est impérative.
- Une revalorisation du métier est indispensable : alignement de l’ISAE sur l’ISOE (second degré), revalorisation du point d’indice, augmentation des salaires, déconnexion temps élèves/temps enseignants.

Vous trouverez en document joint l’intégralité de ce contre rapport.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |