Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CTSD (carte scolaire ...) 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Déclaration de la FSU au CTSD du 3 septembre 2014

mercredi 3 septembre 2014

Tout d’abord, nous tenons à vous dire, Madame l’Inspectrice d’académie, que nous apprécions de pouvoir disposer de documents de travail préalablement à la réunion de ce comité. Nous pouvons ainsi faire notre travail de représentant des personnels dans des conditions convenables.

Il semblerait que les ajustements de carte scolaire pour cette rentrée vont être délicats à réaliser. En recoupant l’étude des documents et les informations dont nous disposons en provenance des écoles, il serait nécessaire d’ouvrir ou de ré-ouvrir au moins une vingtaine de classes. Par ailleurs, nous constatons que les effectifs d’un certain nombre d’écoles sont en net diminution par rapport aux prévisions. Face aux mouvements importants de population, il devient de plus en plus difficile aux directrices et directeurs de réaliser des prévisions de façon fiable.

Le SNUipp FSU est soucieux qu’il y ait une réelle équité entre les écoles de notre département. Cependant, les fermetures de rentrée sont à bannir, car elles désorganisent totalement les écoles qui en sont victimes. De plus, elles sont particulièrement difficiles à vivre pour les collègues concernés. La préparation qu’ils ont anticipée de leur rentrée est réduite à néant et leur vie familiale est souvent bouleversée du fait du changement de leur lieu de travail. D’autre part, il est impossible de laisser fonctionner des écoles pendant une année scolaire avec des effectifs pléthoriques. Il est donc nécessaire de procéder dès aujourd’hui aux ouvertures qui se justifient par une augmentation des effectifs. Nous nous ferons, dans quelques instants, les porteurs de ces demandes.

Vous nous répondrez sans doute, Madame l’Inspectrice d’académie, qu’il est aisé pour nous de dire cela et que c’est vouloir gagner sur les deux tableaux. Pour le SNUipp FSU, c’est vouloir gagner pour la réussite de nos élèves, c’est vouloir gagner pour l’école. En effet, nous réaffirmons avec force que l’amélioration de la réussite de nos élèves passe, entre autre, par une baisse des effectifs de nos classes. Une révision favorable des seuils indicatifs de fermeture et d’ouverture, conjuguée à une prise en compte accrue des éléments contextuels de chaque école, est donc nécessaire pour cela.

A cette rentrée, la réforme des rythmes scolaires se généralise dans notre département comme dans tout le pays. Le SNUipp FSU était et demeure favorable à une réforme du temps scolaire. Cependant, cette réforme n’est pas la nôtre. Elle a été construite à l’envers, généralisée dans la précipitation et l’organisation du périscolaire a trop souvent prévalu sur l’intérêt de l’enfant. Le SNUipp FSU avait dit « pas sans nous » or, les avis des collègues n’ont pas toujours été pris en compte et ceux-ci sont assez sceptiques sur le fait que cette réforme puisse jouer un rôle majeur dans la réussite de leurs élèves. Ils seraient plus sensibles à des effectifs réduits, à une formation initiale et continue de qualité, à un vrai accompagnement lorsqu’ils rencontrent des difficultés, à des personnels remplaçants et de RASED en nombre suffisant pour ne citer que quelques exemples.

La priorité au primaire n’a donc pas vraiment pris forme dans les cours d’école et nous espérons dans la Marne que les dispositifs auxquels nous croyons pourront se développer comme « le plus de maîtres que de classes » ou la scolarisation des moins de 3 ans. Cependant, nous ne voulons pas que cela se fasse aux dépens des nécessaires ouvertures de postes.

Pour cela, il faudra, pour la rentrée 2015, obtenir une dotation départementale à la hauteur des enjeux, une dotation permettant la poursuite de la mise en œuvre des priorités ministérielles et permettant aussi la réductions des effectifs des classes. L’école n’est pas un îlot à part ; elle est perméable à la société dont la crise s’aggrave. L’école doit se transformer pour donner toutes les chances à tous les enfants qui lui sont confiés.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |