Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CHSCT 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Compte rendu du CTSD du 2 septembre 2015

jeudi 3 septembre 2015

L’Inspectrice d’académie disposait d’une réserve de 4 postes pour réaliser les ajustements de rentrée.

Les représentants du SNUipp FSU ont argumenté sur tous les dossiers que les écoles leur avaient communiqués, actualisés à la rentrée (contact avec les écoles).

Mesures d’ajustement de rentrée 2015

Au total 6 ouvertures et 2 fermetures de classes et l’octroi ou le retrait de décharges (direction, maître formateur).

OUVERTURES
- EE Prieur de la Marne (Châlons est)
- EP La Veuve (Châlons ouest)
- EP Warmeriville (Reims nord) +0.5 décharge
- EE Alexis Conio Witry Les Reims (Reims nord)
- EP Croix Bonhomme Cormontreuil (Reims sud-est)
- EE Jules Ferry (Reims sud-est) +0.25 décharge
- EE Galilée (Reims sud)

FERMETURES

- EE Jean de la Fontaine (Chalons est) -0.25 décharge
- EM Gilberte Droit (Reims sud) -0.25 décharge
- Décharge Maître formateur -0.25 décharge

Le SNuipp FSU est intervenu pour signaler toutes les situations d’écoles où une ouverture de classe était nécessaire au regard des seuils et où celle-ci n’a pu être réalisée faute de moyens.

Nous avons aussi rappelé le manque important de titulaires remplaçants (fin d’année scolaire 2014-2015 catastrophique). Les conséquences se feront sentir sur le remplacement des absences , mais aussi sur la possibilité d’octroyer les décharges de direction (direction à 3 classes principalement) dans les circonscriptions. L’IA a reconnu que c’était une question qui se posait avec acuité… le SNUipp mettra ce point au centre de la prochaine carte scolaire.

Par ailleurs, nous avons fait une intervention relative au licenciement de 6 stagiaires. Si sur le fond, nous ne sommes pas en mesure de juger du bien-fondé de ces décisions, sur la forme, il en est tout autre. Ces collègues ont en fait été avertis par lettre recommandée le 17 juillet de leur licenciement sans aucune possibilité de prendre contact avec qui que ce soit, sans entretien leur permettant d’avoir des précisions sur les motifs, sur les conséquences et les démarches à entreprendre. La nouvelle a été particulièrement mal vécue pour certains d’entre eux. D’une part, la procédure d’alerte qui aurait dû leur permettre de réagir a été très tardive. D’autre part, l’éventualité d’un renouvellement leur avait été suggérée…Pas celle d’un licenciement. L’Inspectrice d’académie a reconnu que cette procédure devait être anticipée et que la gestion de ces situations devait être, au niveau des ressources humaines, améliorée.

Elle s’est engagée à faire remonter nos remarques.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |