Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carrière  / Mouvements  / Mouvement 2020 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Brassage des élèves : le DASEN répond au SNUipp-FSU 51

jeudi 1er octobre 2020

Le Directeur académique de la Marne, Bruno Claval, a répondu au courrier du SNUipp-FSU 51 concernant la problématique du brassage potentiel d’élèves en cas d’absence d’un enseignant non remplacé.

Mail de réponse du Directeur académique (28/09/20)

Madame, monsieur les représentants des personnels,

La situation sanitaire évolutive à laquelle nous faisons face nous conduit à la plus grande vigilance quant à la gestion du brassage qui doit être limité au maximum pour ne pas favoriser la propagation du virus. L’inquiétude soulevée par la nécessité de répartir les élèves d’une même classe dans les autres classes d’une école, dans le cas d’un enseignant qui ne serait pas remplacé, est somme toute légitime. La situation considérée ne suggère pas le même traitement selon le nombre de classes de l’école. Les écoles à faible nombre de classes feront l’objet d’une attention particulière et seront dotées prioritairement. Les moyens de remplacement propres aux circonscriptions seront mutualisés pour faire face aux besoins et je pourrais être amené à mobiliser également les moyens de la brigade de formation pour renforcer les moyens locaux si la situation l’exigeait. Cette option ne sera envisagée qu’en tout dernier recours car je souhaite vivement que l’on puisse maintenir programmées les actions de formation. Si une répartition d’élèves devait toutefois être effectuée, il appartiendrait au directeur d’école de l’envisager en veillant à limiter le brassage autant que faire se peut, en réunissant par exemple les élèves qui se côtoient déjà durant les récréations.

Soyez assurés que ma préoccupation première demeure la sécurité de tous, celle des élèves comme celle des personnels et que toutes les mesures possibles seront prises pour la garantir.

Commentaires du SNUipp-FSU 51

Cette réponse du Directeur académique appelle plusieurs remarques de notre part :

Quelque soit le nombre d’élèves répartis, il y aura forcément brassage avec les élèves de la classe d’accueil et le fait qu’une école comporte un grand nombre de classes n’implique pas que ces classes soient d’une taille suffisante pour permettre d’isoler les élèves.

Réunir « les élèves qui se côtoient déjà durant la cour de récréation » risque de créer des groupes conséquents à répartir dans les classes « compatibles ». Cependant, le brassage à l’extérieur, dans la cour, n’est pas comparable sur le plan sanitaire au brassage en intérieur.

Encore une responsabilité incombant à la directrice ou au directeur dans un cadre on ne peut plus flou…

Par ailleurs, la mutualisation des moyens propres aux circonscriptions sera d’un recours très limité au regard de la rapide saturation les années précédentes de toutes les circonscriptions en période d’absences importantes d’enseignants.

Concernant le recours aux BDFC, la problématique est complexe.

Pour que le recours aux titulaires de la brigade de formation soit efficace, il serait nécessaire de l’anticiper et, donc, de supprimer des formations en amont.

Les conséquences, sur le peu de formation continue existant, seraient dommageables.

D’autre part, prévenir le matin même un collègue, partant en formation, qu’il ne peut pas s’y rendre et qu’il doit retourner dans sa classe pour que le BDFC soit affecté sur le remplacement d’un autre enseignant malade semble, bien sûr, inenvisageable.

Voir en ligne : Lire le courrier du SNUipp-FSU 51 adressé au DASEN

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |