Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Les raisons de la grève

mardi 4 novembre 2008

Assez ! Assez de mépris pour les élèves, les enseignants et l’école publique

Suppression de 13 500 postes dont 6 000 dans le premier degré.

Suppression de 3 000 postes E et G

et « sédentarisation » de ces collègues dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire : Quid de la prise en charge de la difficulté scolaire ?

Suppression de 3 000 postes au concours

dans le cadre de la masterisation : Quid des décharges de direction des écoles à 4 classes ? Quid de la formation continue ? Alors que les effectifs sont en hausse : plus de 15 400 élèves dans le public.

Réduction de l’offre éducative pour tous les élèves : 2 heures de moins par semaine.

Prise en charge de la difficulté scolaire en dehors des heures obligatoires sur la base du volontariat des familles (MAP, stages de remise à niveau), et remise en cause de l’action des RASED.

Remise en cause de la spécificité de la maternelle et mépris vis à vis de ses enseignants.

Refonte des programmes recentrés sur les soi-disant fondamentaux, basés sur des apprentissages systématiques qui ne permettent pas d’appréhender les situations complexes.

Politique salariale basée sur des mesures catégorielles, sur le soit disant mérite qui ne concernent que certains au détriment d’une augmentation pour tous.

Remise en cause des droits syndicaux : obligation de faire une déclaration préalable 48 heures avant la date de la grève, RIS sur le temps classe interdites.

Suppression envisagée des remplaçants pour leur substituer des vacataires : création d’une agence de remplacement au 1er janvier 2009.

Suppression de la formation initiale des maîtres au profit du compagnonnage.

Création des EPEP qui entraîneront la municipalisation des décisions, notamment en matière pédagogique, conduisant à une aggravation des inégalités.

Surcharge de travail liée à la mise en place des réformes imposées par le ministre et des demandes surabondantes des IEN.

D’autres choix sont nécessaires, d’autres choix sont possibles

Tous en grève le jeudi 20 novembre

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |