Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Le SNUipp rencontre le recteur

lundi 30 novembre 2009

Le SNUipp a été reçu par le recteur de l’Académie le jeudi 12 novembre. A l’ordre du jour : modalités du mouvement intradépartemental, frais de déplacement, carte scolaire, conditions de travail des enseignants des écoles, accompagnement éducatif, langues vivantes. Ces questions ont également fait l’objet d’intervention du SNUipp au cours du Comité Technique Paritaire Académique du lundi 16 novembre.

Mouvement des personnels

Nous avons abordé au cours de l’audience le bilan des opérations du mouvement 2009 dans le cadre de la note de service d’octobre 2008 (voir article dans la ME n°143 de septembre 2009).

Sur le plan académique, nos demandes ont été les suivantes :
- Une augmentation du nombre de vœux possibles (limité à 30 actuellement) lors de la saisie télématique pour la phase 1 : il apparaît aberrant que les collègues du 51 avec deux fois plus de postes au niveau départemental soient limités au même nombre de vœux que ceux du 52.
- L’établissement d’une nouvelle fiche de vœux pour les phases d’ajustement ou, à minima, la possibilité d’apporter un complément d’informations à la fiche de vœux unique : cela a pu se faire lors du dernier mouvement pour le 10 et le 52.
- Enfin, dans un souci de transparence, d’équité et de légitimité, nous avons demandé que les représentants du personnel retrouvent une vraie place dans le cadre des CAPD et des groupes de travail. Ceux-ci doivent pouvoir jouer leur rôle à toutes les étapes des opérations de mutation. Par exemple, que nos avis soient donnés après l’envoi aux collègues du projet d’affectation par l’IA nous dérangent au plus haut point. Nous souhaitons aussi être de nouveau associés aux choix des affectations des collègues lors des phases d’ajustement de juin et d’août. Le Recteur nous a attentivement écoutés et étudiera nos propositions.

Frais de déplacement

Le SNUipp a été alerté par des collègues notamment des Rased, sur la mise en place de nouvelles modalités pour le calcul du remboursement des frais de déplacement occasionnés par le service. Cela concerne les membres du Rased, les CPC, les référents, les animateurs informatiques. Le nouveau calcul se ferait désormais sur la base du tarif SNCF et non plus selon la puissance fiscale du véhicule, réduisant de moitié le taux de remboursement des personnels.

Nous avons interrogé le recteur sur sa nouvelle circulaire et insisté sur le surcoût pour les collègues. De plus, les collègues n’ont eu connaissance de ces nouvelles modalités qu’à la rentrée, c’est-à-dire après les opérations de mouvement. Il a reçu un certain nombre de lettres de la part des collègues mécontents (action initiée par le SNUipp).

Le recteur a reconsidéré les termes de sa circulaire et proposé que les IA et les IEN étudient la répartition de l’enveloppe avec « flexibilité ». Il s’agirait, dans le cadre de cette enveloppe, de rationaliser au mieux les déplacements et de différencier les activités susceptibles d’être remboursées selon l’ancien système de celles moins « primordiales » pouvant être remboursées au tarif SNCF.

Nous avons insisté sur la difficulté qu’auront les personnels, notamment du rural, pour rationaliser leurs déplacements lorsqu’il s’agit de se rendre dans une école pour prendre en charge les élèves qui en ont besoin.

S’agissant des déplacements liés à la tenue de réunions, le recteur a demandé que soit envisagée la mise en place de dispositifs faisant appel aux nouvelles technologies : réunion par téléphone !!!

Le manque criant de moyens pour le service public d’éducation oblige à la recherche de solutions, de dispositifs qui vont peut être permettre un geste pour la planète mais certainement pas l’amélioration du fonctionnement de l’école publique. …

Carte scolaire

Réalité des suppressions de postes à la rentrée 2009 :
- Initialement, 94 postes devaient être supprimés à la rentrée 2009 dans notre académie dont 82 postes de RASED. Suite à la forte mobilisation des enseignants et parents pour sauver les postes de RASED, le ministre de l’éducation avait reculé en annonçant que la moitié des postes de RASED seraient sédentarisés. Nous avons interrogé le Recteur pour savoir si cette sédentarisation s’était traduite par un retrait de postes moins important qu’initialement prévu. Le Recteur nous a annoncé que le retrait était bien de 94 postes.

Non consommation des postes dans le premier degré en 2008 :
- En 2008, la dotation prévue pour les écoles était de + 750 postes. La lecture du rapport de performance 2008 pour l’enseignement scolaire, nous apprend qu’en réalité ce sont 1 232 emplois qui n’ont pas été utilisés. Nous avons interrogé le recteur pour savoir si l’académie avait participé à cette rétention de postes en 2008. Le recteur n’a pas pu nous répondre, ces services ne savent pas !!!

Conditions de travail

Le SNUipp a fait état de la poursuite de la dégradation des conditions de travail, notamment celles des directeurs d’école. En effet de nombreuses réformes imposées, nouveaux programmes, aide personnalisée, réduction des aides spécialisées, demandes toujours plus importantes des IEN, contribuent à la surcharge de travail, au découragement des enseignants. Les enseignants sont également confrontés à la gestion d’un nombre croissant d’élèves avec des troubles du comportement. Bien souvent, l’enseignant doit faire face seul à ces situations, uniquement aidé par l’équipe pédagogique. L’institution affirmant qu’elle n’a pas de solution !

Nous avons rappelé que les obligations de service des enseignants des écoles étaient de 28 heures et 20 minutes en moyenne par semaine (27 heures plus 4 fois 20 minutes d’accueil), plus les préparations, les corrections, l’élaboration de projets, la recherche d’information pédagogique… Parallèlement à cette surcharge de travail, aucune reconnaissance du métier n’est intervenue. Ce ne sont pas les quelques indemnités versées dans le cadre du « travailler plus pour gagner plus » qui vont satisfaire l’ensemble des collègues. Nous avons rappelé que la rémunération des enseignants français des écoles, après 15 ans de carrière, était inférieure de 20% à celle de la moyenne des pays de l’OCDE pour un temps d’enseignement supérieur, pour un taux d’encadrement moins avantageux.

Accompagnement éducatif

Après l’abandon de la généralisation à toutes les écoles élémentaires d’heures d’accompagnement éducatif, les écoles élémentaires de ZEP viennent de subir une réduction drastique des crédits destinés à l’accompagnement éducatif. Ce dispositif ne concernera plus que quelques élèves par école. L’énergie et le temps consacrés par les équipes pour mettre en place les projets sont balayés d’un revers de main. Encore des promesses non tenues !

Le recteur nous a répondu qu’après la première année de mise en place, il fallait recadrer le dispositif pour qu’il corresponde aux objectifs définis. Il doit faire face aux dérives budgétaires constatées.

Le SNUipp a précisé qu’au lieu de recadrage, il faudrait plutôt parler de coupes sombres dans un dispositif qui concerne les élèves les plus en difficultés. C’est inacceptable et pourtant le ministère continuera d’afficher sa priorité pour les élèves des quartiers défavorisés.

Langues vivantes : voir l’article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |