Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Le SNUipp rencontre la Maire de Reims

vendredi 5 février 2010

Une délégation du SNUipp a été reçue par Madame la maire, Adeline Hazan, Monsieur Meyer, adjoint en charge de l’éducation et Monsieur Rogier, responsable du service éducation.

Carte scolaire

Nous avons demandé à connaître les projets relatifs aux écoles de Reims : fusion, fermeture, construction…Monsieur Meyer nous a indiqué qu’aucune fermeture d’école n’était envisagée.

Ecoles Dauphinot/Courte Martin : le SNuipp a rappelé qu’un projet de construction avait été envisagé, projet pour lequel les collègues de l’école avaient donné de leur temps l’année dernière. Depuis, ils n’ont reçu aucune information sur la suite de ce projet. Mr Meyer nous a informés de l’abandon de ce projet pour deux raisons :
- Le terrain sur lequel devait être construit la nouvelle école ( Electrolux) est fortement pollué et rien ne garantit, même après les mesures nécessaires, que la salubrité du terrain sera totale. La mairie ne veut pas prendre ce risque
- De plus, cette construction pour être efficace (accueillir au moment opportun les nouveaux élèves) aurait dû être engagée depuis 3 ou 4 ans. Les délais de construction ne permettraient pas d’assurer l’accueil au bon moment.

Pour ces raisons, il est envisagé de restructurer l’école existante (malheureusement sur deux sites avec les inconvénients que nous avons soulevés) et de revoir les périmètres en raison des capacités limitées d’accueil (les écoles Général Carré et Danube pourraient être concernées). Nous avons demandé qu’avant toutes prises de décisions, les enseignants des écoles Dauphinot soient concertés afin d’envisager la moins mauvaise des solutions.

Nous avons signalé que les écoles G. Carré devaient accueillir, pour leur part, les enfants issus des logements construits sur l’ancienne caserne. Madame la maire nous a informés qu’aucune délibération municipale n’avait été prise dans ce sens et que d’autres écoles du secteur pourraient scolarisées les enfants de ce périmètre (Pommery, Adriatique). Nous avons signalé notre étonnement et précisé qu’un vote en CDEN avait acté cette modification de périmètre ! (à suivre)

Ecole maison Blanche Nous avons pris connaissance du projet d’implantation de la maternelle M. Blanche dans les locaux de l’élémentaire et de la création d’une crèche municipale dans ceux de la maternelle. Nous avons alerté la municipalité sur les risques de cette implantation de la maternelle dans les locaux de l’élémentaire qui pouvait à terme conduire à une fusion des deux écoles.

Le SNUipp a rappelé avec insistance son opposition, sauf cas très spécifique, aux fusions maternelle/élémentaires et son attachement à la spécificité de l’école maternelle. La maire parait sensible à notre argumentation.

Nous avons questionné la Maire sur d’autres situations Billard/Gilberte Droit, Roux/Barthou. La Maire nous a affirmé qu’il n’y avait pas de projet de modification.

Les dérogations

Nous avons demandé à la Maire qu’elle était sa politique en matière de dérogations. Il s’agit, dans la mesure du possible de trouver un équilibre afin d’éviter la ghettoïsation, tout en donnant satisfaction aux parents dont les motifs sont légitimes.

Dispositif péri scolaire

Nous avons fait part de la satisfaction de la majorité des directeurs sur la mise en place de ce dispositif. Seul bémol d’importance, le temps de présence des Atsem sur le temps scolaire. Mr Rogier nous a informés des ajustements qui avaient été faits afin de répondre aux situations les plus critiques. Nous avons rappelé notre revendication d’une Atsem par classe. Actuellement, le taux d’encadrement est compris entre 0.7 et 0.8 Atsem par classe. Pour satisfaire notre revendication, il faudrait recruter une cinquantaine d’agents.

Nous avons aussi signalé qu’aucune augmentation de la rémunération des vacations réalisées par les enseignants n’avait eu lieu depuis décembre 2007. Le SNUipp demande qu’une augmentation du taux de la vacation intervienne rapidement, notamment au regard de ce qui se fait dans d’autres municipalités, au regard des taux préconisés par l’Etat. Madame la Maire s’est engagée à étudier la question.

Sur le temps de présence des élèves dans les écoles, le SNUipp a rappelé sa position : éviter que des enfants soient présents à l’école chaque jour de la semaine de 7h30 à 18h45. Madame la Maire nous a confirmé que des critères avaient été mis en place afin que l’amplitude horaire soit limitée. Il n’est pas souhaitable, sauf exception, que des enfants soient présents dans l’école de 7h30 à 18h45.

Accompagnement éducatif

Nous sommes revenus sur la baisse drastique des crédits alloués par l’administration de l’éducation nationale au dispositif accompagnement scolaire et demandé quelles conséquences avait eu le désengagement de l’Etat sur la municipalité. Monsieur Meyer a effectivement précisé que cela avait obligé la ville à réagir très rapidement pour faire face et que cela aurait un surcoût financier de l’ordre de 100 000 euros sur une année !

Le SNUipp s’est étonné que la Ville de Reims ne réagisse pas en signalant que le SNUipp avait, pour sa part, envoyé un communiqué de presse aux médias locaux avec une copie à la municipalité. La Maire a affirmé qu’une réaction avait eu lieu, mais elle n’a pas été diffusée par les médias.

Moyens pour l’école

- Le budget ne change pas : 38 euros par élève, 50 euros pour les élèves de CE1 à CM2 au titre de l’apprentissage d’une langue étrangère (en précisant que la répartition entre fournitures pour les langues étrangères et pour les autres disciplines était laissée à l’appréciation des écoles).
- Le budget pour l’entretien des écoles est abondé (ce qui n’était plus le cas depuis plusieurs années).
- 1200 ordinateurs constituent le parc des écoles rémoises et 40 TBI sont prévus en plus des 10 déjà installés. La dotation en TBI se fait sur projet compte tenu des coûts du matériel et de son installation.

Enfin, nous avons signalé les situations où les collègues se réunissent le mercredi dans les écoles sans qu’il y ait de chauffage. Mr Rogier nous a informés de la réflexion engagée afin de doter chaque école d’une classe équipée d’un chauffage autonome, géré par les enseignants.

Le SNUipp a demandé que d’autres contacts entre le SNUipp et la mairie soient envisagés, notamment sur les projets de carte scolaire. La Maire est favorable à ces échanges.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |