Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Georges Tron attaque l’école primaire

lundi 2 mai 2011

Le secrétaire d’Etat en charge de la Fonction publique vient de tenir des propos scandaleux à l’endroit de l’école primaire. Il assène que « 18 000 professeurs dans le secteur primaire ne sont pas directement en relation d’enseignement avec les enfants ».

Le secrétaire d’Etat en charge de la Fonction publique vient de tenir des propos scandaleux à l’endroit de l’école primaire. Il assène que « 18 000 professeurs dans le secteur primaire ne sont pas directement en relation d’enseignement avec les enfants ». 18 000 enseignants fantômes ? Mais, alors, pourquoi, les Inspecteurs d’académie ferment-ils 1 500 classes ? Pourquoi suppriment-ils des postes de remplaçants et d’enseignants en RASED intervenant auprès des élèves en difficulté ? Pourquoi la scolarisation des tout petits va-t-elle continuer de chuter à la rentrée prochaine ?

Enseignants, parents d’élèves et élus, mobilisés plus que jamais, apprécieront : ils savent que ce sont les conditions d’enseignement et donc de réussite des élèves qui sont mises à mal.

Pour justifier les 9 000 suppressions de postes dont sera victime l’école primaire à la rentrée prochaine, Georges Tron joue même à l’affabulateur. Non, les RASED ne se focalisent pas de manière excessive sur les problèmes de comportement des élèves. Ils sont une aide spécialisée indispensable pour que tout enfant trouve sa place dans l’école afin de mobiliser ses connaissances et s’investir dans les apprentissages. Quant aux doux relents passéistes sur les effectifs de 35 à 40 élèves à une époque où à peine 20 % d’une classe d’âge obtenait le baccalauréat, on est en droit d’attendre un peu plus de hauteur de vue de la part d’un représentant de l’Etat.

Si ces provocations annoncent les prochaines coupes du budget 2012, le secrétaire d’Etat doit alors revoir sa copie. Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite doit cesser. Un collectif budgétaire doit être mis en place. Face aux inégalités scolaires, l’école primaire déjà sous-investie dans notre pays doit être une des priorités de notre pays.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |