Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

La suppression du concours : une vraie mauvaise idée !

lundi 4 juillet 2011

Un rapport parlementaire propose la suppression des concours et le recrutement de titulaires du Master directement par les chefs d’établissements ou les recteurs. Une mesure qui ferait glisser l’école dans l’ère du clientélisme et de la concurrence.

Même pas deux ans et déjà du plomb dans l’aile. La réforme de la formation professionnelle dont les modalités ont été dénoncées par les organisations professionnelles depuis le début est aujourd’hui mise en cause par ceux-là même qui l’avaient adoptée, les députés de la majorité gouvernementale. Une mission d’information de l’Assemblée nationale a en effet présenté un rapport mercredi 29 juin, rapport adopté par les seuls députés de l’UMP, dans lequel 20 mesures pour réformer le système de formation sont avancées. Pour le SNUipp FSU, c’est en tout cas la preuve que dans son contenu la réforme de la formation n’était pas convenable.

La suppression du concours

"A terme, remplacer le concours par le master et confier aux autorités académiques ou aux établissements le soin de recruter sur la base d’un entretien professionnel les enseignants" ; telle est la proposition la plus fortement décriée parmi toutes celles qui ont été formulées. Pour le SNUipp, l’urgence n’est pas dans la modification du mode de recrutement, mais au retour vers un système de formation organisé avec des stages et de la formation professionnelle et non plus avec une mise en responsabilité devant classe quasi immédiate.

De sérieux risques de dérives

La suppression du concours ouvrirait la porte à bien des dérives. Un recrutement dépendant du bon vouloir des hiérarchies locales mais surtout, qui ne garantirait pas au contraire du concours, une égalité de compétences, notamment didactiques et pédagogiques, entre les enseignants sur tout le territoire. Ce système ferait aussi peser le risque d’une mise en concurrence entre écoles pour le primaire ou établissements pour le secondaire.

Remettre à plat la réforme

Nous sommes bien entendu fermement opposé à cette disposition du rapport parlementaire. Ce dernier doit être examiné mercredi 6 juillet par la commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale. Le SNUipp prône une remise à plat de la réforme et l’ouverture de discussions.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |