Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Carte scolaire : nouvelle saignée pour l’académie !

lundi 2 janvier 2012

Toutes les académies devront rendre des postes en 2012, à l’exception de la Guyane. Sur les 5 700 suppressions de postes prévues pour le primaire, 151 postes seront supprimés dans l’académie de Reims.

151 postes supprimés dans les écoles de l’académie pour une prévision de baisse d’effectifs de 648 élèves, cela correspond à la suppression d’un poste d’enseignant pour 5 élèves de moins. Une fois encore, les conditions d’apprentissages vont se dégrader.

Pour rappel, l’année dernière 131 postes avaient été supprimés dans les écoles de l’académie, dont 37 pour le département de la Marne.

La répartition de cette taxation entre les 4 départements de l’académie sera décidée par le Recteur au cours d’un Comité Technique Académique qui se déroulera en janvier. Le SNUipp Marne estime que le nombre de suppressions pour notre département pourrait être compris entre 45 et 60 postes.

Pour le second degré, ce sont 177 postes qui seront supprimés. La répartition de ces suppressions entre collèges (dont SEGPA), lycées, lycées professionnelles sera décidée par le recteur après consultation du CTA.

Afin que vos représentants puissent préparer les commissions de consultation, faites nous parvenir le double de vos prévisions d’effectifs ajustés avec les spécificités de votre école.


Communiqué de presse du SNUipp du 16 décembre 2011

Répartition académique des suppressions de postes : acharnement contre l’école primaire

Le projet ne fait pas dans la dentelle. Le couperet tombe dans toutes les académies, sauf la Guyane. Elles doivent toutes rendre des postes quelle que soit l’évolution du nombre d’élèves. Le ministère s’acharne contre l’école primaire alors même que l’OCDE pointe la faiblesse du taux d’encadrement du premier degré. La rue de Grenelle présente ainsi un triste bilan à contre-courant de toutes les recommandations, dont celle, dernièrement, du Haut Conseil à l’Education préconisant que le primaire bénéficie en priorité de moyens.

L’équation s’annonce dévastatrice pour les élèves et leurs enseignants. Si l’engagement de Nicolas Sarkozy de maintenir le même nombre de classes à la rentrée prochaine est tenu, une purge se prépare sur tous les postes « hors classe » : moyens de remplacement, emplois d’animateurs TICE et de langues vivantes, aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) et scolarisation des moins de trois ans.

Luc Chatel a placé son bilan éducatif sous le signe de la personnalisation. Aujourd’hui, les masques doivent tomber. Avec toujours moins d’enseignants, ce « sur-mesure » pédagogique n’est que de la poudre aux yeux. Dans les écoles, ce sont d’abord les élèves les plus fragiles qui payent le prix fort de cette politique absurde. Le noyau dur de l’échec scolaire ne se réduit pas comme le montre notamment la dernière enquête CEDRE que le ministère a cherché à dissimuler.

D’ores et déjà, le SNUipp-FSU appelle les enseignants des écoles à se mobiliser massivement, aux côté des parents, pour s’opposer aux fermetures de postes qui seront annoncées lors des opérations de carte scolaire début 2012. Il proposera, dès janvier, à l’ensemble de ses partenaires, de nouvelles étapes de mobilisation unitaires.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |