Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Comité Technique Académique : compte rendu

vendredi 1er juin 2012

Le CTA s’est réuni le vendredi 25 mai en présence du recteur et des 4 directeurs académiques. A l’ordre du jour, le plan académique de formation premier et second degrés, une information sur le budget académique. Le SNUipp avait fait ajouter, pour le premier degré, les points suivants : remontée des évaluations CE1/CM2, mouvement des personnels, temps partiel des personnels et une demande de point sur les éxéat et inéat.

le plan académique de formation premier et second degrés

Après la lecture d’une déclaration, les membres de la délégation FSU sont intervenus pour dénoncer le manque de moyens consacrés à la formation continue.

Pour le premier degré, le SNUipp a regretté la quasi absence de documents qui auraient permis une analyse plus fine. Cependant, à partir du document présentant l’évolution des budgets formation continue, nous avons dénoncé l’énorme baisse subie par le budget formation continue du premier degré. Entre 2006 et 2012, le principal budget (déplacements et logistique) a baissé de 44%. Même si les modalités de la formation ont évolué (formation à distance, formation dans les écoles …) et permis de faire quelques économies, cette baisse est drastique. Nous avons exposé les conséquences de cette baisse :
- très peu de possibilité pour les collègues de postuler sur des stages ouverts,
- en revanche les formations à public désigné se développent (stage de circonscriptions, stage d’école). L’arbitrage entre stages ouverts et stages à public désigné n’est pas uniquement dû à la baisse des crédits mais aussi à une volonté de pilotage des circonscriptions en fonction des seuls objectifs du ministère. Nous déplorons l’absence de prise en compte des besoins éprouvés par les personnels, l’institution à tous les niveaux hiérarchiques ne faisant pas confiance aux professionnels de terrain.
- développement dans certains départements (notamment la Marne) de la formation hors temps scolaire pour des thématiques qui relèvent des disciplines enseignées : histoire des arts, nouvelle classification du vivant, propriétés des matériaux…
- développement de stages de plus en plus en courts notamment dans les Ardennes qui ne permettent pas une véritable prise en compte des besoins des maîtres.
- part de la formation initiale beaucoup trop importante dans le total. Dans l’Aube, l’accompagnement à l’entrée dans le métier représente 1/3 du volume de formation. Le SNUipp demande que tout ce qui relève de la formation initiale soit dissocié du budget de la formation continue.

En conclusion le SNUipp a demandé :
- que le budget de la formation continue soit largement abondé pour qu’il réponde enfin aux besoins de nos collègues. Réponse du Recteur : cela dépend du ministère
- que chaque plan de formation départementale fasse l’objet d’une discussion et d’un avis dans chaque Comité Technique Spécial Départemental. Accord du Recteur
- que la consultation de chaque plan départemental soit possible dès la fin juin ou début juillet. Réponse du recteur : cela devrait pouvoir se faire.
- concernant la proposition du recteur de procéder à une consultation de l’ensemble des personnels enseignants de l’académie pour recenser les besoins en formation, nous y sommes bien sûr favorables. D’autant que si cette consultation est bien menée, elle peut déboucher sur de nombreuses réponses. Le SNUipp a fait référence à une enquête faite dans la Marne auprès des collègues du premier degré qui avait obtenu plus de 1000 réponses (environ 1/3 des enseignants). Le recteur s’est engagé à consulter les organisations syndicales sur le contenu de l’enquête.
- que pour certaines catégories de personnels, pour lesquelles les ressources ne peuvent être uniquement trouvées au sein de l’institution comme par exemple les psychologues, les référents ASH, des regroupements académiques puissent être organisés.

En cohérence avec nos interventions et notre analyse, la FSU a voté contre le plan académique de formation premier et second degrés, la CGT également. l’UNSA et le SGEN se sont abstenus !!

Information sur le budget académique

Le SNUipp a pointé l’écart important de rémunération complémentaire entre enseignants du premier et du second degrés. En effet, pour l’ensemble des personnels de l’académie du premier degré, les rémunérations complémentaires (indemnités liées aux fonctions, heures supplémentaires…) se sont élevés à un plus de 9 millions d’euros quand, pour les collègues du second degré (qui sont un peu plus nombreux) le montant avoisine les 49 millions d’euros. En fonction du nombre de collègues, le rapport s’établit aux environs de 1 à 4. Le SNUipp a donc dénoncé cet écart et demandé qu’un rattrapage soit effectué dans les mois à venir pour les personnels du premier degré.

Le SMA a coûté 242 000 euros (paiement des intervenants mobilisés par les municipalités les jours de grève). Nous avons demandé d’où provenait l’argent. Le recteur a assuré que ce budget était abondé par les retraits sur salaire des personnels grévistes.

Questions diverses du SNUipp

Remontée évaluations CE2/CM1  : le recteur (en présence des 4 DASEN de l’académie) a confirmé qu’il n’y avait aucune obligation pour les écoles à remonter les résultats de ces évaluations à la circonscription. Il a proposé de réunir un groupe de travail (avant les vacances ?) avec les organisations syndicales pour échanger sur l’utilisation des évaluations.

Mouvement des personnels  : Une harmonisation des règles du mouvement semble en cours. Le SNUipp demande que les représentants des personnels soient consultés. Le recteur confirme que des discussions sont en cours entre les 4 départements pour harmoniser ce qui peut l’être et s’engage à consulter le moment venu les organisations syndicales.

Temps partiel  : le SNUipp a informé le recteur des restrictions de plus en plus nombreuses pour l’accès aux temps partiels pour les personnels du premier degré :
- dans les 4 départements de nombreux refus sur la quotité de 80%,
- refus dans les Ardennes et la Marne du 80% de droit en cours d’année
- refus de nombreux 75% et 50% sur autorisation dans le département de la Haute Marne
- fonctions écartées du temps partiel (pas toujours de façon exclusive pour une catégorie et différentes selon les départements) directeurs, titulaires mobiles, certains personnels de l’ASH, PEMF.

Le SNUipp a rappelé que l’ouverture aux différentes quotités de temps partiel (qui étaient en vigueur dans toute la fonction publique depuis bien longtemps) était une maigre compensation aux mesures restrictives sur les retraites imposées en 2003 et que nous souhaitions que l’ensemble des quotités de temps partiel soient possibles pour tous les personnels. Nous avons rappelé que la profession était à plus de 80% féminisée et que le temps partiel permettait à beaucoup de collègues de pouvoir concilier vie familiale et professionnelle.

Inéat/exéat  : Nous avons alerté le recteur sur l’urgence de procéder aux arbitrages concernant les permutations manuelles. En effet, les départements commençant à accorder les éxeats et les inéats, il ne faudrait pas que les collègues des départements de l’académie soient pénalisés. Le recteur a annoncé que les services du rectorat et des 4 départements se réunissaient le 4 juin pour procéder aux arbitrages.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |