Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualités 


Audience intersyndicale de rentrée auprès de l’Inspecteur d’académie

lundi 20 septembre 2021

L’Inspecteur d’académie a reçu ce lundi 20 septembre les organisations syndicales, SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT pour évoquer différents sujets en cette rentrée. A l’ordre du jour : carte scolaire, AESH, situation sanitaire, moyens sur le département, élèves hautement perturbateurs…

Carte scolaire de rentrée

L’Inspecteur d’académie a fait le choix en juin de ne pas faire de mesure de carte scolaire de rentrée. Pas de fermeture de classe mais pas, non plus, d’ouverture. Certaines écoles nous avaient alertés sur leurs situations au regard des effectifs : maternelle Provençaux-Auvergnats, élémentaire Tournebonneaux , élémentaire Warmeriville. Nous sommes donc revenus sur ces situations. L’IA doit se retourner vers les IEN pour faire le point. Le SNUipp-FSU a demandé qu’un moyen supplémentaire soit donné à ces équipes pour améliorer les conditions de travail des élèves et des enseignants.

Moyens en enseignants

Le département est légèrement déficitaire (manque d’enseignants par rapport aux postes budgétaires). Le département accueille 35 M2 alternants et a recruté 31 contractuels afin d’assurer la rentrée. Le SNUipp-FSU a demandé que la liste complémentaire soit ouverte, ce qui a été relayé auprès du recteur et du ministère par l’Inspecteur d’académie.

AESH

Nous avons fait état des remontées des écoles concernant la scolarisation des élèves MDPH et le manque criant d’AESH. L’Inspecteur d’académie nous a fait part du nombre très important de notifications à la dernière réunion de la CDAPH du 27 août. Il faut, en un temps très court, trouver des personnels pour les missions d’AESH, les former, rééquilibrer les PIAL… L’exercice est compliqué, voire impossible. L’Inspecteur d’académie a insisté sur la nécessité de mettre en place, de façon systématique, les réunions parents/écoles. Il initie aussi 3 réunions par an pour les comités de pilotage des PIAL. Mais ce sont les équipes, les directrices et directeurs d’écoles, qui sont confrontés à la prise en charge de ces élèves pour qui, l’accompagnement est indispensable.

Elèves hautement perturbateurs

Nous avons insisté fortement sur la problématique de ces situations d’extrême difficulté, où la sécurité de tous est menacée, où le danger est permanent et où le fonctionnement de l’école est constamment perturbé. L’Inspecteur d’académie a convenu que parfois, la scolarisation à temps plein, AESH ou pas, n’est pas possible. Le SNUipp-FSU a demandé de soutenir les équipes qui, après dialogue avec les familles, en accord avec les IEN, proposent des aménagements de scolarité. Il est plus qu’urgent que notre ministère comprenne l’ampleur du problème et augmente les places dans les établissements spécialisés.

Vacance de postes de conseillers pédagogiques, de psyEN.

La fonction de conseiller pédagogique n’attire pas ou plus…Peut-être parce qu’elle est très mal rémunérée et que la charge de travail est conséquente ? L’Inspecteur d’académie s’est dit confiant en l’avenir puisque 38 collègues se sont portés candidats pour le CAFIPEMF. S’agissant des psyEN, notre département, souffre aussi des vacances de postes (départ en retraite, changement d’orientation professionnelle…) L’administration recrute des personnels mais les sites du rectorat ou de la DSDEN ne donnent pas suffisamment d’informations sur les postes et les modalités de candidatures restent trop opaques. Le SNUipp-FSU a demandé que des précisions soient apportées et que des annonces soient faites sur Pôle Emploi.

Situation sanitaire

  • Collègue en ASA : Nette diminution du nombre de collègues en ASA. L’Inspecteur d’académie a demandé aux IEN de prendre contact avec les collègues de leur circonscription restés en ASA à cette rentrée pour garder le lien.
  • Vaccination obligatoire pour les psyEN et les personnels travaillant dans la santé ou le médico-social : Le nombre de personnels n’ayant pas encore de justification de vaccination reste à la marge. Si la date du 15 septembre marquait le début de l’obligation vaccinale, l’administration reste tolérante si le parcours est démarré. Pas de suspension à ce jour.
  • Tests salivaires : L’Inspecteur d’académie nous a entendus ! Nous avions alerté l’administration sur la charge de travail imposée aux directrices et directeurs d’écoles lorsqu’ils devaient remplir les tableaux pour d’éventuelles campagnes de tests.

Pour cette année, seules les écoles qui seront désignées pour une cession de tests seront concernées. De plus, ce seront les familles qui devront remplir un formulaire en ligne. Charge aux directeurs d’accompagner les parents, d’expliquer le dispositif, de rassurer.